Le ballon intra-gastrique à air : Une innovation dans le traitement de l'obésité

Publié le -
Le ballon intra-gastrique à air est un traitement non chirurgical de l’obésité qui permet d’enrayer le processus de la maladie en déclenchant une perte de poids. Tout nouveau, le premier ballon à air a été posé en avril dernier. Il semble être une alternative aux actes chirurgicaux et une note d’espoir lorsque toutes les autres méthodes pour maigrir ont échoué.

À qui est destiné le ballon intra gastrique ?

Auparavant, le ballon intra gastrique n’était posé que chez des personnes qui ne pouvaient pas bénéficier d’un geste chirurgical. A présent, il traite tous les types d’obésité. Il s’adresse aussi bien aux personnes présentant un IMC entre 30 et 40 et courant un danger pour leur santé, qu’à celles qui ont un IMC supérieur à 35 ou 40 avec une indication chirurgicale mais qui ont un risque de se faire opérer ou refusent de subir cette opération. Il s’adresse également aux super obèses qui ont un IMC supérieur à 50, mais aussi aux patients qui ont perdu du poids grâce à un anneau gastrique et qui ne veulent plus maigrir avec ou qui ont été confrontés à des complications. Quant à l’âge, il faut avoir entre 18 et 55 ans pour accéder à la pose de ce ballon. Les contre-indications concernent les femmes enceintes, les personnes qui ont des compulsions alimentaires, des problèmes psychiatriques, qui mangent trop de sucreries, boivent de l’alcool, sont dépendantes de drogues. Sont également visées celles qui risquent de ne pas changer leurs mauvaises habitudes alimentaires, qui ont des ulcères ou subi un geste chirurgical sur l’estomac (intervention anti-reflux, par exemple), qui sont sous anti-inflammatoires, anti-coagulants ou aspirine.


Déroulement de l’intervention

  • Entretien préliminaire

La première consultation ne débouche jamais sur la décision de poser un ballon. Auparavant, le gastroentérologue, qui est le praticien habilité à pratiquer cette opération après avoir obligatoirement suivi une formation spéciale, s’entretient environ une heure avec son patient.« « Le ballon à air n’est pas destiné à faire perdre 4 ou 5 kilos. Il n’entre pas dans le cadre de la chirurgie esthétique et doit être positionné comme un traitement de l’obésité » » Il va vérifier que celui-ci a bien le profil pour se faire poser le ballon. Dans certains cas, le gastroentérologue peut refuser l’intervention. Notamment lorsque la personne ne veut pas être suivie par les spécialistes qui l’encadrent alors que cette prise en charge pluridisciplinaire est indispensable pour que la perte de poids s’opère, ou lorsque la pose d’un anneau gastrique a échoué en terme de résultats sur la perte de poids.
 

  • La pose du ballon

L’intervention, d’une durée de 20 à 30 minutes, se déroule sous anesthésie générale et contrôle endoscopique. Le ballon est placé en haut de l’estomac en 10 minutes. Cette opération ambulatoire permet au patient de sortir une heure après l’intervention.
Une fois le ballon posé, pour une durée de six mois, les effets secondaires sont rares et la tolérance bien meilleure qu’avec la pose d’un ballon liquide. Contrairement à celui-ci, il n’y a pas de vomissements et la gêne épigastrique ne se fait sentir que pendant la première semaine. Aucun risque non plus que le ballon éclate. Sur 50 ballons posés en France, il y a eu un seul cas de dégonflement prématuré à 4 mois, mais sans gravité. Le patient revoit le praticien 7 à 10 jours après la pose du ballon. Lorsqu’il y a un retrait prématuré du ballon, celui-ci survient toujours dans les 15 jours. « Avec le ballon liquide, il y avait 18 % de retrait prématuré dû à une mauvaise tolérance ou à la survenue d’un ulcère. Avec le ballon à air, il n’y a plus qu’ 1 % de retrait qui peut être causé par une mauvaise tolérance du ballon, due à la présence d’un ulcère formé entre la paroi de l’estomac et celle du ballon et dont la cause reste inconnue », explique le Dr Hubert Claudez.
 

Historique

Les premiers ballons sont apparus dans les années 84. Dans les années 90, le ballon liquide nouvelle génération gonflé à l’eau a fait son apparition. D’un poids de 700 g, il était trop lourd et entraînait une sensation de pesanteur permanente chez les patients. Sans compter les complications liées à sa pose : intolérance instantanée, ulcération, vomissements (50 % des personnes vomissaient 15 jours après la pose du ballon). Devant ces désagréments, l’objectif a été de remplacer l’eau par de l’air. C’est ainsi qu’a vu le jour le ballon intra gastrique à air en 2004, beaucoup plus léger puisqu’il ne pèse que 30 g. Le tout premier ballon a été posé en France le 8 avril 2004. Et depuis un an, 1400 ont été posés dans le monde et 350 en France.

Commentez cet article sur le forum

Pour pouvoir commenter cet article dans le forum vous devez être inscrit et connecté.

Réagissez via Facebook

Vous êtes
:
 
Age
: ans
Votre taille
: cm
Votre poids
: kg
Poids désiré
: kg
 
Vous êtes
:
 
Date de naissance
:
Votre taille
: cm
Votre poids
: kg